Rachmaninov.fr

Horizon russe

Menu

Biographie
Biographie
et documents

 

Chronologie
Chronologie

 

L'univers de Rachmaninov
L'univers de Rachmaninov : Introductions à sa musique

 

Oeuvres
Présentations
des oeuvres

 

Vos expériences de sa musique
Vos expériences
de sa musique

 

Liste complète des oeuvres
Liste complète
des oeuvres

 

Bibliographie, discographie et liens internet
Bibliographie,
Discographie,
Liens internet

 

Livre d'or
Livre d'or

 

Plan du site
Plan du site

 

Contact
Contact

 

 

Prélude

 

Les cloches du soir, de Levitan. Au loin, une cathédrale, dont les cloches ont marqué l'imaginaire de Rachmaninov.

"La seule condition requise pour recevoir le message de Rachmaninoff est la sincérité; la sincérité et l'absence de tout pédantisme; la sincérité et le consentement à l'ivresse qui nous emporte. Rachmaninoff était le dernier des grands poètes russes du piano, le dernier des musiciens inspirés - car en ce temps-là le mot inspiration avait un sens."
Vladimir Jankélévitch

-------Qui a sondé les continents musicaux de Serge Rachmaninov (ou Sergueï Rachmaninoff) découvre une expérience de l’existence sur le mode mineur. On connaît, bien sûr, la figure du compositeur sentimental et lyrique, le pianiste de l’unique - et cependant magnifique - Second Concerto ou encore du célèbre Prélude en ut dièse mineur, ténébreux et romantique. On aimerait ici essayer autre chose également, sans pour autant éclipser le moindre paysage de cet univers musical, et donc la moindre de ses contradictions (comme par exemple celle de composer une musique tourmentée et passionnelle, et de jouer sans lyrisme théâtral, d'être un pianiste apollinien, impassible, souverain). Quelque chose de plus profond et de plus poétique peut-être, comme le compositeur réservé et intime de la Sonate pour violoncelle, le pianiste secret des Etudes-Tableaux, véritables petits poèmes en prose, des douloureuses Sonates, le musicien allègre des deux Suites pour deux pianos, ou le peintre russe des Cloches de l'existence humaine.

Nous avons pourtant parlé de continents, comme s'il s‘agissait d‘une musique conçue d’un bout à l’autre comme un système, et c’est encore se méprendre sur lui : c’est sur le modèle de l’archipel que se conçoivent ses œuvres, compositions fragiles et éparses que le musicien, authentique et pudique, achève parfois avec difficulté et remanie souvent. Car Rachmaninov n’a jamais considéré la musique qu’il écrivait comme de simples pièces de concerts, et s'il était un formidable pianiste, il n'a jamais laissé sa virtuosité supplanter l'honnêteté musicale. La musique est pour lui un « problème » ( et même quelque chose de « fatiguant » pour l’esprit, qui se doit d’être « réceptif » et attentif). Elle n’est rien si elle ne remet pas en cause une partie de vous-même, si elle ne provoque pas en vous comme une expérience existentielle, poétique ou festive. On n’écoute pas son Ile des morts comme on écoute une Danse Macabre, tranquillement installé dans son fauteuil ou valsant sans danger avec des squelettes, mais comme recevant un véritable attentat chez soi... De même, Rachmaninov ne composait que ce qui « chantait » en lui, véritable secrétaire de son être, comme l’aurait dit Cioran, auteur d’une musique à l’aune de son cœur, de sa vie et de sa personnalité.

Nous n’avons pas à nous mêler de l’histoire de la musique, mais à essayer de peindre, en respect des données biographiques et musicales que nous possédons, l’image que nous pensons la plus juste du compositeur : un artiste sincère et discret auteur d’une œuvre tourmentée, émotionnelle et humaine. Nous vous invitons donc à un voyage musical sur ce site (qui est, nous le précisons, un site personnel et amateur), accompagné de renseignements et d’informations sur le compositeur et sa musique, afin de la comprendre, ainsi que nos hypothèses d’écoute, afin de la vivre.

Nous chercherons, au fil de ces pages, à mettre en lumière l’esthétique de Rachmaninov. Or, s’il existe un artiste dont, à nos yeux, l’univers pictural se rapproche le plus de l’univers musical du compositeur, il s’agit bien d’Isaac Levitan, qui illustre ainsi nombre d’articles de notre site, dont celui-ci (la toile s’intitule Les Cloches du soir – passez votre souris dessus pour afficher la légende). Pour découvrir ce peintre et ses liens avec Rachmaninov, nous renvoyons à notre rubrique consacrée à l’esthétique du compositeur.

Enfin, n'hésitez pas à nous laisser un petit message sur notre
livre d'or (que ce soit une critique, une suggestion, ou un encouragement), cela nous fera vraiment plaisir.


Nous vous souhaitons une très bonne visite !

 

 

Compteur
Nombre de visiteurs depuis le
08/07/2007
Site optimisé pour Internet Explorer